Août 1940, France. Une petite ville du Doubs, à la limite entre la Zone Libre et la Suisse, a vu sa vie basculer après l'arrivée d'une garnison allemande.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'armée Allemande, la Gestapo et les femmes dans l'armée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Histoire
Admin
avatar

Age : 25
Messages : 30

MessageSujet: L'armée Allemande, la Gestapo et les femmes dans l'armée   Sam 5 Avr - 21:45

L'armée Allemande (et en général les civils Allemands) était au courant de l'existence des camps de concentration et qui on y enfermait, mais on pense qu'ils ne mesuraient pas l'ampleur des atrocités (je parle bien des civils, certains militaires ne devaient pas être dupes, et d'autres totalement au courant, bien sûr). On peut prendre par exemple celui de Dachau dont l'ouverture en 1933 a même été indiquée dans les journaux locaux de l'époque.
Concernant les camps d'extermination, ce furent surtout les chambres à gaz qui furent cachées (on le voit très bien dans le film Amen), mais pas tant la destinée des personnes qu'on y emmenait (je parle là des gradés, pas de la population même si elle devait un peu s'en douter..).

Les Feldgendarmes
Surnom : KETTENHUND ("chien enchainé" en référence à leur hargne à ne pas lâcher prise et la chaine qu'ils portaient autour du cou).

Dans toutes les guerres contemporaines, et c'est encore plus vrai aujourd'hui, lorsque des unités militaires se déplacent dans un pays (que ce soit le leur ou ceux conquis ou en voie de l'être), il est des unités dont la présence est absolument nécessaire.

L'armée allemande n'y déroge pas. Lors de l'avancée de ses colonnes blindées et mécanisées dans les pays conquis, il est nécessaire que ses troupes soient guidées, surveillées, cette tâche est dévolue à une petite unité au rôle important : la Feldgendarmerie

Missions dans les régions occupées :
-Contrôle de la circulation.
-Maintien de l'ordre et de la discipline.
-Mise en place de la signalisation.
-Contrôle des ports et aérodromes.
-Contrôle administratif des étrangers et maladies du bétail.
-Contrôle de la chasse, pêche, agriculture et des forêts.
-Désarmer, chercher, rassembler et escorter les prisonniers et traînards.
-Surveillance de la population civile dans les régions occupées.
-Patrouiller dans les régions occupées.
-S'assurer que les armes civiles ont été récupérées, rassembler les armes abandonnées par les ennemis.

Quand leur division "mère" progresse, la "Feldgendarmerie" suit ses troupes de combat attentivement et fonctionne comme dans sa ville de garnison, elle se spécialise d'ailleurs dans la chasse aux déserteurs...

A partir de l'époque où l'armée Allemande commence à reculer et que les déserteurs se font plus nombreux, les unités de Feldgendarmes mirent les "bouchées doubles" et la chasse au déserteur quelque ce soit son grade battit son plein. Les Feldgendarmes ne faisaient pas dans la dentelle d’où leur surnom de Kettenhund.


La Gestapo
La Gestapo, acronyme tiré de l’allemand Geheime Staatspolizei signifiant Police secrète d'État, était la police politique du Troisième Reich.

Missions et pouvoirs :
   « La Gestapo a la tâche de rechercher toutes les intentions qui mettent l'État en danger, et de lutter contre elles, de rassembler et d'exploiter le résultat des enquêtes, d'informer le gouvernement, de tenir les autorités au courant des constatations importantes pour elles et de leur fournir des impulsions »
— Décret d'Hermann Göring du 10 février 193619.

L'absence de tout cadre légal, avant le décret de Göring, n'empêche pas la Gestapo d'agir dès 1933. Sur la base des décrets des 28 février 1933 et 8 mars 1934, qui mettent en place la détention de protection (Schutzhaft), elle peut emprisonner ou interner en camp de concentration qui bon lui semble, sans limite de durée, sans chef d'accusation et sans procès. L'absence de tout contrôle juridictionnel sur les agissements de la Gestapo est officiellement confirmé le 10 février 1936, par une loi qui indique notamment que « les ordres et les affaires de la police secrète ne sont pas sujets à l'examen des tribunaux administratifs », loi qui ne fait que confirmer un avis de la Cour administrative de Prusse de 1935, selon lequel une mise en détention de protection ne peut être contestée devant un tribunal.

En France, elle a aussi la charge de parfois contrôler et censurer le courrier (travail généralement assuré par la Wehrmacht) : elle appose sur les plis contrôlés un cachet rond où figure la légende « Geheime Staatspolizei » avec au centre l'aigle allemand à croix gammée.


Les femmes dans l'armée
On compte, en 1945, 500 000 auxiliaires féminines dans l'armée allemande (Wehrmachtshelferinnen), que ce soit au sein de la Heer, de la Luftwaffe ou de la Kriegsmarine. Environ la moitié d'entre elles se sont portées volontaires, les autres ayant effectué un service obligatoire lié à l'état de guerre (Kriegshilfsdienst). Elles faisaient partie du personnel auxiliaire de l'armée (Behelfspersonal) et elles ont été affectées non seulement au sein du Reich, mais, dans une moindre mesure, également dans les territoires occupés comme par exemple en France.

Elles ont essentiellement exercé :
-comme opératrices de téléphonie, de télégraphie, de transmissions,
-comme employées administratives, dactylographes et messagères,
-dans la défense anti-aérienne, comme opératrices d'écoute, servantes des projecteurs de DCA, employées des services de météorologie, auxiliaires de la protection civile,
-dans le service de santé militaire, comme infirmières bénévoles de la Croix-Rouge allemande ou d'autres organismes de bienfaisance.



Crédits : http://did.panzer.pagesperso-orange.fr/Feldgendarme.html http://fr.wikipedia.org/wiki/Condition_des_femmes_sous_le_Troisi%C3%A8me_Reich#Dans_l.27arm.C3.A9e_.28Wehrmacht.29
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'armée Allemande, la Gestapo et les femmes dans l'armée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du code d'éthique de l'Armée Mainoise
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» socle armée des mort
» BIENVENUE À LA CASERNE DE L'ARMÉE DE SAVOIE
» L'armée des morts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'occupation  :: Avant tout :: Règlement :: Aides au jeu-
Sauter vers: